Faut-il se réjouir ?

NoëlJe suis en vacances en ce 24 décembre, et j’en profite ce matin pour écrire quelques cartes de vœux, écouter des chants de Noël, et cet après-midi, je vais commencer à ranger la cave du centre où j’habite. Je jette régulièrement un œil sur Twitter, et je lis ce que les uns et les autres racontent.

Certains nous parlent des chrétiens persécutés, d’autres des sans-abris en cette belle nuit de Noël. Le Pape insiste que l’assistance que l’on doit aux pauvres, un autre nous parle de la dette publique, tous plus ou moins y vont de leur message et de leurs vœux.

De mon coté, sur Twitter, je raconte des choses peu sérieuses, je propose des vidéos de Youtube… j’ai l’esprit un peu badin.

Alors je me demande : ai-je le droit de me réjouir ?

Je répondrais que oui. Car c’est justement ce que Noël nous apporte : la joie de savoir que notre salut est en route. Si Dieu n’avait pas pris la liberté de s’incarner, de devenir un homme pour nous, nous aurions tous vécus une existence absurde. Sartre, dans son système, a été d’une logique implacable. Si le point de départ est que Dieu n’existe pas, la vie de l’homme sur terre n’a pas de sens.

Alors, oui : je me réjouis et je rends grâce que Dieu ait bien voulu s’occuper de nous et se faire l’un des nôtres. Et justement, cette naissance du Christ est cette source de joie que le monde ne peut donner, et qui me permet de garder l’Espérance face à tout ce que l’on peut voir.

Ma foi me donne la paix, la joie. Comme beaucoup de français, je n’attends plus grand chose des politiques (supposés construire le bien commun); j’ai de plus en plus de mal à vivre avec des gens qui ne vous disent même pas merci lorsqu’on leur tient la porte ou qu’on les laisse passer. Dans de telles conditions, comment être optimiste pour l’avenir ?

Eh bien en contemplant la naissance du Christ. En contemplant le Christ qui souffre et qui donne sa vie pour les autres. En regardant ceux qui ont donné leur vie pour le bien de l’humanité : il y a en, et plus qu’on ne le pense. En regardant les gens qui souffrent, en essayant de les aider, de les consoler, de leur apporter un peu de réconfort.

Oui, j’ai besoin de Noël. La contemplation de la crèche de supprime pas les problèmes, elle m’aide à y faire face.

Joyeux Noël à tous.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


neuf + = 10