Les 30 ans d’une prélature

opus dei prelature personnelle28 novembre 1982 : l’Opus Dei était officiellement érigé en prélature personnelle par Jean-Paul II. Trente années se sont écoulées depuis.

Trente années au cours desquelles il a fallu expliquer ce qu’est une prélature personnelle. A mon avis, c’est Jean Crobier, dans son blog, qui a le mieux expliqué ce qu’était une prélature personnelle : un “outil” dont l’Eglise s’est doté, pour “faciliter l’accomplissement de tâches pastorales particulières, sans pour autant être circonscrite à un territoire comme le diocèse.” Je pense que l’on commence à comprendre qu’il ne s’agit pas d’une “prélature personnelle du Pape“, mais bien d’une prélature qui s’exerce sur des personnes, contrairement à la figure de prélature territoriale, qui s’exerce sur un territoire.

Évidemment, ce serait bien qu’il y en ait une autre, car pour l’instant l’Opus Dei est la seule prélature personnelle. On a plusieurs fois évoqué la possibilité de conférer ce statut aux intégristes, et j’avais eu l’occasion de souligner qu’une telle perspective n’était pas enthousiasmante : le statut de prélature personnelle n’est pas un “truc d’exception” que l’on donne aux institutions qui rêvent d’indépendance. Il n’y a pas plus dépendant des évêques que l’Opus Dei. Rien ne se fait dans un diocèse sans l’accord de l’évêque, qui est régulièrement informé des activités que la prélature organise.

Rappelons la mission qui a été confiée par l’Eglise à l’Opus Dei. Et pour cela, je cite la bulle “Ut Sit” par laquelle l’Opus Dei est érigé en prélature personnelle :

Depuis ses débuts, cette institution s’est en effet efforcée non seulement d’éclairer mais de porter à sa réalisation la mission des laïcs dans l’Église et dans la société des hommes, ainsi que d’exprimer dans les faits la doctrine de l’appel universel à la sainteté, et de promouvoir au sein de toutes les classes sociales la sanctification dans le travail et par le travail professionnel. Par l’intermédiaire de la Société sacerdotale de la Sainte Croix, elle a cherché à faire de même pour les prêtres diocésains dans l’exercice du saint ministère.

Et si cela vous tente, lisez la bulle Ut sit en entier, ce n’est pas très compliqué ni très long.

Donc, c’est assez simple : il s’agit de “promouvoir au sein de toutes les classes sociales la sanctification dans le travail et par le travail professionnel”. J’aurais l’occasion de vous en reparler.

 

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


six − 3 =