Alvaro del Portillo, un nouveau modèle pour l’Opus Dei ?

Alvaro del Portillo en compagnie du fondateur de l'Opus DeiJe peux difficilement ne pas parler de l’information reçue la semaine dernière du Vatican : le pape a signé le décret de la Congrégation pour la Cause des saints reconnaissant qu’Alvaro del Portillo a vécu de façon héroïque les vertus chrétiennes. Il n’est pas le seul à être concerné par ce décret, mais vous comprendrez bien que je vais parler de ce que je connais…

J’ai eu la chance de passer plusieurs jours avec don Alvaro : en France, en 1985 (il est resté 3 jours à Couvrelles) en 1988, puis plusieurs fois à Rome, où j’ai pu assister à des réunions publiques avec lui.

L’annonce du décret reconnaissant ses vertus héroïques n’a pas créé un raz-de-marée médiatique. Autant le procès de canonisation de Josémaria Escriva avait déchainé les passions, autant celui d’Alvaro del Portillo se déroule avec une certaine tranquillité. Indifférence ? Banalisation ? Je ne sais. Tout ce que je sais, c’est qu’il n’est pas encore bienheureux. Il ne faudrait pas vouloir “vendre la peau de l’ours avant les bœufs”. Une chose est l’intime conviction de beaucoup d’entre nous, une autre est la reconnaissance de l’Eglise, qui avance sans bruler les étapes.

Est-ce important pour l’Opus Dei qu’Alvaro del Portillo soit canonisé ? Il y a bien sûr quelques avantages. Que le fondateur soit saint, que le premier successeur du fondateur soit saint, c’est implicitement reconnaitre la sainteté du message – la sanctification du travail et de la vie ordinaire – et de l’insertion de l’Opus Dei dans la vie de l’Eglise. Si l’Opus Dei était “une église dans l’église”, un “quiste” dont on ne sait pas trop quoi faire et à qui on aurait donné un statu d’exception, je ne pense pas que le fondateur ait été reconnu comme modèle pour les fidèles catholiques, encore moins son premier successeur.

Car si on parle de sainteté, il s’agit bien de cela : il ne s’agit pas de reconnaitre qu’Escriva ou del Portillo ont été des modèles pour l’Opus Dei, il s’agit de savoir s’ils sont ou non au Ciel, et de ce fait, s’ils peuvent être donnés en exemple pour tous les fidèles catholiques.

La nouvelle de la reconnaissance des vertus héroïques de Mgr Alvaro del Portillo est donc une nouvelle pour l’Eglise. Elle concerne tous les catholiques. Bien sûr que cette nouvelle nous a réjouis, mais nous rendons surtout grâce à Dieu de nous avoir donné de tels maîtres pour nous guider sur un chemin qui conduit au Ciel. Et c’est le plus important. Et nous n’avons qu’une envie : faire connaître ces modèles aux autres, pour qu’ils puissent profiter de leur exemple. Toute autre forme de triomphalisme serait absurde.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


7 × = quatorze