Quand l’Opus Dei se réjouit….

nouvelles

Hier soir, l’un de mes amis, de sensibilité plutôt traditionaliste, me dit en me voyant : “J’ai appris que le prélat de l’Opus Dei s’était réjouit que l’on donne une prélature personnelle à la Fraternité saint Pie X ! “.

Effectivement, la nouvelle a été relayée par plusieurs sites et blogs personnels, tels que celui-ci.

Malheureusement, j’ai peur qu’une petite méprise se soit glissée entre les lignes. Lorsque l’on relit le communiqué du service de communication de l’Opus Dei à Rome au sujet de la Fraternité saint Pie X, on voit clairement que l’on se réjouit de la pleine unité. Quand à être heureux que l’on donne le statut de prélature personnelle à la Fraternité saint Pie X, c’est une autre histoire.

Le communiqué explique, de façon très diplomatique, que la structure de prélature personnelle étant très vaste, elle peut regrouper des réalités très différentes. Il est vrai que la chose qui définit clairement une prélature personnelle, ce sont ses statuts. Il y a – pourrait-on dire – une “loi-cadre” (les 4 points du droit canon qui parlent des prélatures personnelles) puis les statuts qui précisent la mission et le mode de fonctionnement de la prélature.

Or, dans le cas de l’Opus Dei, JAMAIS la prélature n’a été un moyen de s’affranchir de l’autorité diocésaine. Notre seule volonté est de “servir l’Eglise comme elle veut être servie” (saint Josémaria). Le statut de prélature nous permet d’exercer la mission apostolique que l’Eglise nous a confiée : diffuser l’appel universel à la sainteté et à l’apostolat dans la vie ordinaire, tout en restant des catholiques de notre diocèse, des fidèles ordinaires, des chrétiens courants.

Que le statut de prélature soit octroyé à un groupe qui souhaite une totale autonomie par rapport à l’autorité, cela nous attriste, car on donne ainsi l’image que la prélature est un statut d’exception, une sorte de passe-droit, qui nous permet de vivre dans notre coin. Ce qui n’est pas le cas.

J’avais déjà expliqué ce sentiment dans un article précédent, intitulé “La prélature personnelle et la Fraternité saint Pie X

On en est donc revenu au citron et à la limonade : de même qu’avec le Da Vinci Code, il nous avait fallu apprendre à faire de la limonade avec du citron, il va nous falloir de nouveau expliquer les choses pour qu’on les comprenne.

Ensuite, disons-nous également que si le Pape a choisi cette option, il y a peut-être des raisons que nous ignorons, qui rendent ce choix opportun. Que cela soit pour nous source de paix et de joie.

J’ai expliqué tout cela à mon ami, en lui suggérant d’aller aux sources de l’information. J’espère simplement que ceux qui ont transmis une idée erronée étaient de bonne foi.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


+ 4 = huit