Des avortements sélectifs en Grande Bretagne

avortement selectif en Grande BretagneOn nous avait juré que jamais, au grand jamais, on n’en arriverait là. En 1974, lorsque la loi Veil est votée, le but est d’aider les femmes dans la détresse, qui souffrent, et qui sont obligées d’aller à l’étranger pour avorter.

30 ans plus tard, on commence à admettre que l’avortement est devenu une méthode contraceptive. “J’ai oublié de prendre ma pilule. Qu’à cela ne tienne, j’avorte ! “. C’est tellement plus simple ! A tel point que les pouvoirs publics commencent à s’en inquitéter [1]

Eh bien, un nouveau pas a été franchi : l’avortement sélectif, pratiqué en Grande Bretagne [2]

Mais, au fond : comment peut-on s’étonner qu’on en arrive là ? Il y a, somme toute, une certaine logique qui est respectée. Tant mieux si cela émeut nos concitoyens, et que cela les aide à prendre conscience qu’avec certains sujets, il est IMPOSSIBLE de mettre le doigt dans l’engrenage sans que le bras y passe (le bras, puis le tronc, puis la tête !)

Ce qui m’attriste le plus, c’est qu’on nous tient LE MÊME DISCOURS pour l’euthanasie. “Non, non, il ne s’agit pas de légaliser l’euthanasie, il s’agit de permettre dans certaines conditions que quelqu’un puisse mourir dans la dignité”. Dans 30 ans, on éliminera celui qui ne nous plait plus, celui qui nous gêne, celui qui ne pense pas comme nous…

Je continue à penser que je ne peux pas voter en conscience pour un candidat à la présidentielle qui s’engage à mettre en place de telles pratiques.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


huit − 6 =