La justice se serait-elle trompée ?

Procès Opus Dei

Nous étions quelques-uns à attendre le jugement du tribunal de Paris dans le procès entre Catherine Tissier et son ancien établissement scolaire, l’école Dosnon. Procès pour travail dissimulé, avec en arrière plan l’Opus Dei. J’ai relaté certains points dans un article intitulé “Le procès de l’Opus Dei“, que je vous suggère de lire.

Le tribunal a rendu son jugement, relaxant à la fois la directrice de l’école et l’entité gestionnaire. Et si je comprends bien ce que cela veut dire, le tribunal considère qu’il n’y a pas eu de travail dissimulé, et que toutes les allégations de la plaignante sont fausses.

Pourquoi dans ce cas, une agence de presse continue-t-elle de présenter ce procès avec des faits qui n’ont pas été retenus ?

C’est assez bizarre cette notion de justice. N’y aurait-il justice que lorsque les tribunaux sont d’accord avec vous ? C’est surement mon petit coté idéaliste qui ressort… Une personne porte plainte, le tribunal ne lui donne pas raison, et on continue à présenter les faits selon le point de vue de la plaignante…

Manifestement, l’avocat compte faire appel. Il y aura donc une deuxième chance pour sa cliente de montrer que les faits qu’elle avance sont avérés. A moins que l’on ne prouve encore que cette personne a tort; ça fait de la pub, diriez-vous. Certes, mais ça commence à être lourd.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


7 − = six